Elus, améliorez maintenant la mobilité à Schiltigheim !

Depuis le début, Col’Schick n’a de cesse d’interpeller les Elus sur le manque d’infrastructures.

Schiltigheim, la 2ème ville la plus dense de l’Eurométropole, c’est :

  • Des axes de circulation saturés (15.000 v/jour Route de Bischwiller, 14.000 v/jour rue du Général de Gaulle – source SIRAC 2017)
  • Des difficultés chroniques pour stationner
  • Des pistes cyclables insuffisantes (et même inexistantes)
  • Des trottoirs exigus ou encombrés, rendant la circulation piétonnière difficile, voire impossible
  • Des transports en commun saturés à amplitudes insuffisantes
  • Un enclavement des quartiers Ouest par rapport à ceux de l’Est
  • Des difficultés d’accès chroniques à la ville diminuant son attractivité
  • Un accroissement de la pollution et du bruit pour les habitants déjà très fortement impactés par la circulation actuelle dans la ville et pris en étau entre 2 autoroutes.

Col’Schick dresse un constat inquiétant de la situation actuelle en termes de mobilités. Schiltigheim est le parent pauvre de l’Eurométropole. Un engagement immédiat est nécessaire, avant la prochaine gouvernance.

Nous ne croyons plus aux promesses nous voulons des actes :

  • Le train (gares Schiltigheim) : augmentation des amplitudes et fréquences, plus de signalisation, Améliorer l’accessibilité et l’attractivité de la gare pour en faire un pôle multimodal.
  • Les bus : augmentation des amplitudes et fréquences des lignes saturées 6 et 3.
    Une étude BHNS est nécessaire pour comparer, évaluer les scénarios et décider, sur une base de données objectives, ce qui est le mieux pour les Schillikois. L’importance des enjeux en termes de santé publique, de mobilité, de bien-être des habitants, … ne permet pas de construire sur l’alternative unique d’un Tram hypothétique et lointain, qui laisse perplexe quant à sa mise en œuvre.
  • Pistes cyclables : un développement nécessaire avec création de vraies pistes axe Est-Ouest (Rue de Lattre de Tassigny) et Nord-Sud (Rue de Gal de Gaulle) et/ou le long du chemin de fer.
  • Zones 30 : une étude à mener sur le développement ou la généralisation de ces zones.

La situation est urgente. Les Schilikois sont las d’être ballotés au gré des gouvernances, ils ont déjà connu les mésaventures du précédent projet de tram. Ils connaissent maintenant l’engorgement, le manque de stationnement, … qui n’est rien par rapport à ce qui les attend :

  • Plan Local d’Urbanisme Eurométropolitain : le règlement préconise 0.8 place de stationnement par logement et 0 pour les logements « intergénérationnels ». A Schiltigheim, 3210 nouveaux logements construits à l’horizon 2021 sans compter les 16000 m2 des prochaines modifications du PLU. Les objectifs du PLH sont explosés. C’est une aberration.
  • L’Eurométropole accorde des droits à construire sans penser aux infrastructures !

Schiltigheim devient une ville dortoir, engorgée, asphyxiée, sacrifiée par l’Eurométropole.
Maintenant nous voulons des solutions !

  • Une Eurométropole connectée aux besoins des habitants de Schiltigheim, avec une approche cohérente dans ses politiques d’aménagement du territoire, (urbanisme/mobilité/santé..).
  • Une approche globale, amenant au changement d’habitudes de déplacement des citoyens non par la coercition mais par la proposition de modes de déplacements alternatifs pertinents.

Nous voulons qu’une attention particulière soit portée à Schiltigheim par le Grenelle des Mobilités Grand Est.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *